Espace prescripteurs

Henri Colombani

Henri Colombani

Architecte Je ne savais même pas que l’on pouvait construire autrement qu’en bois !Diplômé en 1972 de l’École d’architecture de l’Université de Montréal, j’ai baigné durant mes 20 ans de pratique canadienne, dans les 2x4, les beams et les joists de bois. C’est que l’on faisait tout en bois, là-bas. De la petite maison en ossature, au gros bâtiment en « carré de bois », du petit immeuble d’habitation au motel, la structure bois était naturelle sous ces climats terribles. Les avantages de rapidité de construction, d’isolation parfaite, d’absence de pont thermique étaient tellement évidents que personne ne se posait vraiment la question. On construit en bois, point.De retour en France dans les années 90, j’ai été tout de suite surpris par les lourdes constructions que réalisaient mes confrères : béton, béton et béton, voilà le trio infernal me disais-je.Longtemps je me suis levé de bonne heure, me demandant quand je découvrirais les merveilleux bardages pérennes auxquels j’étais habitué, au point que, dépité, je me suis mis à les importer.Longtemps, j’ai cru que le pin des landes n’était pas du bois, mais une source infinie et renouvelable de produits chimiques. J’étais effaré par tous ces nœuds, gerces, poches de résine. Et puis, je découvris FP Bois et l’abouté bois vert qui offrait enfin une ressource locale, inépuisable, résistante au poinçonnement, stable dimensionnellement et offrant des traitements de surface à l’épreuve du vieillissement. Cela valait le coup d’attendre. J’ai attendu, j’ai vu, je fus conquis.
*Mention obligatoire
« Conformément à la loi Fichiers, Informatique et Liberté du 06/01/1978, vous disposez d'un droit d'accès, de communication et de rectification des données qui vous sont demandées, et qui nous sont nécessaires au traitement de votre demande. Ces informations resterons confidentielles, elles ne seront communiquées à aucun tiers. Aucun croisement de données par recoupement de fichier ne sera effectué. »